Accueil Actualités PNRU Mâcon - Quar… . .

Mâcon - Quartier Marbé

Une coulée verte comme axe central

La rénovation urbaine de Marbé transforme le quartier en profondeur. Ce projet intègre de manière globale les questions de construction, de déplacements et de gestion de l’eau autour d’un axe végétal.

Une coulée verte comme axe central

La démolition de trois anciennes tours le 28 juin 2009 avait marqué, au moins symboliquement, le point de départ du projet de rénovation du quartier de Marbé. Deux autres immeubles du même secteur seront démolis dans des conditions identiques le 27 juin prochain, au 7 rue Winston Churchill et au 1-3-5 rue Romain Rolland. Cette opération emblématique constituera une étape charnière de l’avancement du PRU désormais bien engagé.

Le quartier Marbé était initialement divisé en cinq sous-secteurs séparés les uns des autres. Son projet de rénovation consiste à créer une unité grâce à une trame constituée d’espaces verts au cœur du quartier : un axe central, sous forme de coulée verte, traversera la ZUS du nord au sud en direction du centre-ville. Véritable fil conducteur de la rénovation, ce « parc promenade fait entrer la nature en ville » et inscrit pleinement le développement durable au cœur des problématiques urbaines.

Les espaces verts au cœur du réaménagement

Une coulée verte comme axe central

Entre l’école Jean-Moulin et le collège Schuman, la nouvelle place Robert Schuman constitue la première partie des cinq hectares de la coulée verte. Le plateau scolaire anciennement bétonné a été sécurisé pour les entrées scolaires et réaménagé en un cadre paysager : un espace végétal composé de multiples essences d’arbres, de plantes vivaces et de graminées, agrémenté d’équipements de loisirs - babyfoot, banc de musculation, table de pingpong, espace pétanque, city-stade, aire de jeux - offre désormais un lieu agréable, calme et convivial.

Quinze premiers jardins familiaux, sur la trentaine prévue sur le parc, seront livrés en mai. D’environ 100 m², chaque parcelle, aménagée et dotée d’un cabanon pour ranger les outils, permettra de cultiver son potager. Un dispositif de récupération des eaux de pluie offrira gratuitement l’eau pour l’arrosage. Attribués par la Ville sous forme de location symbolique - 10 euros par an - leur gestion sera prise en charge, dans un premier temps, par le centre social du quartier puis à terme par une association, créée ad hoc, regroupant les jardiniers.

Gestion des flux : objectif développement durable

Une coulée verte comme axe central

Un ensemble d’aménagements paysagers sur l’ensemble du parc intègrent « une gestion à la parcelle » des eaux de pluie. Des noues drainantes végétalisées en pente douce amènent l’eau dans un renfoncement. Des « jardins de pluie », pelouses en creux, permettent également de recueillir l’eau pendant quelques heures afin de favoriser l’arrosage par infiltration. Sous les stationnements, des « chaussées réservoirs » laissent l’eau s’infiltrer naturellement dans la terre afin d’alimenter les nappes phréatiques. Aucun nouveau réseau d’évacuation des eaux pluviales de type traditionnel ne sera réalisé. Les toitures végétalisées des nouveaux bâtiments permettront également d’accroître la rétention des eaux en limitant les dépenses en canalisations.

Le tri sélectif des déchets ménagers par conteneurs enterrés a été adopté sur tout le quartier ; il est mis en place avec la requalification des voies. Des pistes cyclables et cheminements doux permettront de rejoindre à la fois le centre-ville et les bords de Saône, grâce notamment à la construction d’un plateau traversant sur la RN 6.

Diversification et insertion

Une coulée verte comme axe central

Côté logement, l’accent a été mis sur la diversification de l’offre et la performance énergétique des bâtiments. A ce titre la construction par le bailleur Mâconhabitat des Balcons de la Saône, rue de Sancé, est emblématique : cet ensemble sera composé de 70 logements collectifs du R+1 au R+4, allant de 42 m² à 106 m², répartis en neuf immeubles. Il cumulera de l’habitat intermédiaire de type maisons de ville jumelées et du logement social collectif, dix logements en accession à la propriété et dix logements sociaux à énergie passive. Le volet insertion n’a pas été oublié puisque 8 500 heures de travail, soit 12 % du total des heures travaillées, sont à mettre au crédit de la clause d’insertion. Au rythme actuel, La prévision des 51 000 heures réservées aux habitants du secteur - soit les 5 % minimum - devrait être largement dépassée.

Le coût total de l’investissement s’élève à 93 millions d’euros, financé à hauteur de 19 % par l’ANRU.

06/05/2010

Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain

Programme National pour la Rénovation Urbaine

Investissements d’avenir

L’ANRU opérateur de 6 programmes en faveur de la jeunesse et de la ville et des territoires durables.

lire la suite

Quartiers Anciens

Programme National de Requalification des Quartiers Anciens Dégradés (PNRQAD)

lire la suite

Partenaires

Ministère de la Cohésion des territoires
Inauguration 22ème Salon des Maires d’Ile-de-France
lire la suite

Publications

  • Renouvellement le mag - Le magazine participatif du renouvellement urbain hors série décembre 2017 télécharger
  • Renouvellement le mag - Le magazine participatif du renouvellement urbain n° 9 novembre-décembre 2017 télécharger
  • Innover dans les quartiers en rénovation urbaine télécharger
21

Agenda des évènements

- Avril 2018 -
Lun Mar Merc Jeu Ven Sam Dim
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30