Accueil Actualités NPNRU Saint-Fons . .

Saint-Fons

Egalité hommes-femmes, la ville et les habitantes s’engagent !

Pour lutter contre les inégalités qui persistent entre les femmes et les hommes, la ville a lancé un plan d’actions 2018-2020, à la suite d’un diagnostic partagé avec les habitants. Les premières marches exploratoires de femmes ont démarré ce printemps et se sont prolongées jusqu’au début de l’été. Après la dernière marche de restitution, l’équipe projet et le groupe de marcheuses se retrouveront à l’automne pour faire le point sur l’avancée des préconisations.

La ville en première ligne en faveur de l’égalité

A Saint-Fons, comme au sein d’autres quartiers prioritaires en France, les inégalités entre les femmes et les hommes persistent dans la vie quotidienne et dans la manière dont chacun(e) s’approprie l’espace public. A partir de ce constat, la municipalité a décidé d’agir. Depuis plusieurs mois la Ville met cette thématique au cœur de ses politiques publiques et entend avancer concrètement avec ses partenaires sur le terrain.

A la suite d’un diagnostic partagé avec les habitant(e)s, la ville lance le plan d’actions « Femmes 365 » pour 2018-2020 : lutter contre les discriminations, soutenir les femmes dans leurs droits et leurs libertés, favoriser l’égalité entre les femmes et les hommes et améliorer la mixité et le respect dans l’espace public. Parallèlement, la maire de Saint-Fons, Nathalie Frier, rencontrait les représentants de l’État (ministère et préfecture). Ces derniers apportaient leur soutien politique et financier, confirmant ainsi la pertinence de cette démarche. « La mixité et l’égalité entre les femmes et les hommes sont essentielles à la cohésion sociale, insiste Nathalie Frier. Saint-Fons n’est pas épargnée par les inégalités constatées au niveau national. Notre rôle est d’impulser, de fédérer, de mettre en mouvement sur la question. Il est aujourd’hui indispensable de déconstruire les idées reçues qui assignent chacune et chacun dans des lieux et des rôles sexués et différenciés. C’est tout l’enjeu de ce plan d’actions. Le chemin est encore long, nous y mettrons toute notre énergie. »

C’est dans ce contexte qu’ont démarré les premières marches exploratoires de femmes.

Réappropriation de l’espace public, mixité et démocratie participative

Sillonner les quartiers, emprunter les ruelles, traverser les places et les parcs pour identifier les dysfonctionnements et les points sensibles, afin de permettre aux femmes de se réapproprier l’espace public et améliorer la mixité femmes – hommes, telle elle est l’ambition des marches exploratoires. Et au delà, l’objectif de cette démarche est de contribuer à renforcer la démocratie participative locale. Sur le modèle des premières initiatives de ce type nées au Canada dans les années 1990, les marches exploratoires de femmes sont expérimentées en France depuis 2014. Elles sont coordonnées et soutenues par France Médiation, réseau national d’acteurs de la médiation sociale.

En 2017, la Ville de Saint-Fons répond à un appel à projets national proposé par France médiation, sous l’égide du Secrétariat d’Etat chargé de l'Égalité entre les femmes et les hommes et du Secrétariat d’Etat en charge de la politique de la Ville. Il s’agit de se porter candidat à une formation sur la méthodologie des marches exploratoires. Saint-Fons figure parmi les dix villes sélectionnées (la seule de la métropole lyonnaise) pour développer ce dispositif. Se met en place une équipe projet composée d’une médiatrice sociale, une chargée de mission Renouvellement urbain et une habitante bénévole. Après avoir suivi la formation proposée par France Médiation et dispensée par le collectif À places égales , le projet est présenté aux institutions locales en janvier 2018, puis aux habitantes en mars dans le cadre du lancement du plan Femmes 365 . Un collectif de quinze « marcheuses » entre 25 et 75 ans est constitué, provenant de différents quartiers.

Une démarche associant au plus près la carte et le territoire

Dans le cadre d’un atelier de cartographie sociale démarré en mars, l’équipe projet définit avec les participantes le trajet choisi pour les futures marches. En s’appuyant sur des plans de la ville, par petits groupes, les marcheuses repèrent les lieux stratégiques : école, antenne de la CAF, mairie, place du marché, etc. Des chemins se dessinent, puis des tracés colorés apparaissent correspondant aux trajets quotidiens réalisés à pied par chacune d’entre elles. Des pastilles rouges indiquent les lieux où elles se sentent en insécurité et où elles constatent des difficultés de tous ordres : incivilité, saleté, voiture mal garée, manque d’éclairage ou de signalisation... ; des pastilles vertes, là où elles se sentent bien.

Sur le terrain, les marcheuses se sont données rendez-vous pour une première marche exploratoire de jour le 18 avril, suivie d’une marche de nuit courant mai, leur permettant ainsi d’observer ce qui se passe sur les mêmes lieux à des moments différents. Concrètement et très précisément, les habitantes énoncent les problèmes qu’elles rencontrent durant le trajet, et pointent ce qui doit être amélioré. Chacune a un rôle bien déterminé, suivant un protocole et méthodologie très précise, afin de pouvoir observer, retranscrire et restituer les données collectées et les problèmes rencontrés. Une habitante anime le groupe, l’une tient la montre et veille à maintenir la dynamique, une autre prend des photos, une quatrième prend des notes.

« Ici, les automobilistes roulent vite et ne respectent pas le code de la route » , constate Linda, mère de deux enfants. Les autres marcheuses approuvent. « Je participe à cette démarche commune pour faire bouger les lignes à Saint-Fons » , précise Chantal. « Chacun de nous a une responsabilité : dans la rue il faut être attentif et s’occuper de ce qui se passe autour de nous. »

Enclencher une dynamique collective pour le bien de tous

« Ateliers, marches urbaines, rencontres, réunions avec les acteurs et décideurs, l’ensemble du dispositif se transforme en un véritable espace de parole, comme l’indique Gaëlle Leguillette, Chargée de mission renouvellement urbain et cadre de vie à la Ville de Saint-Fons. La légitimité des participantes se renforce, leur expertise s’aiguise, portée par une conscience de se forger un véritable pouvoir d’agir. Au fur et à mesure du parcours, le processus mis en place permet aux habitantes d’exprimer leur opinion, de réfléchir ensemble sur des solutions et des préconisations afin de transformer la vie dans la ville ; et ainsi proposer des aménagements urbains qui amélioreront le cadre de vie et bénéficieront à tous les habitant(e)s. »

Le trajet finalement identifié va du quartier Carnot-Parmentier au quartier de l’Arsenal – tous deux inscrits au titre du NPNRU – en passant par le centre-ville.

Les marcheuses répertorient leurs propositions dans un rapport d’expertise assorti de photos. Puis, elles rencontrent les acteurs (élus, bailleurs et partenaires de la Ville) pour leur faire part de leurs préconisations au cours d’une marche finale à nouveau sur le terrain. Cette marche de restitution, réunissant le groupe de marcheuses, les représentants des collectivités et les acteurs sur une partie du trajet, a eu lieu le 22 juin dernier. « Ce sont les marcheuses qui sont à la manœuvre, l’équipe projet se positionnant en retrait comme facilitateur de la prise de parole, favorisant les conditions d’expression des opinons citoyennes, poursuit Gaëlle Leguillette. Elles ont pu présenter leurs observations et proposer leurs préconisations aux différents partenaires qui ont écouté, pris note et donné en direct les premiers éléments de réponse » . Rendez-vous a été pris pour cet automne, afin de suivre l’avancée des propositions des marcheuses et leur concrétisation sur le terrain.

Cette première initiative de marches exploratoires de femmes à Saint-Fons a permis de constituer un groupe référent, composé d’habitantes ayant une expertise reconnue et un réel pouvoir d’agir, afin de participer pleinement, aux côtés d’autres habitants, à la co-construction du projet de renouvellement urbain qui se dessine sur les quartiers Arsenal et Carnot-Parmentier.

Le groupe de marcheuses a exprimé le souhait de poursuivre cette expérience sur d’autres quartiers, notamment Les Clochettes, autre quartier prioritaire (QPV) de Saint-Fons inscrit au titre du NPNRU.

Préparation des marches lors d’un atelier de cartographie sociale.

Préparation des marches lors d’un atelier de cartographie sociale.

 

Observer et identifier les dysfonctionnements, une démarche au plus près du terrain - 1

Observer et identifier les dysfonctionnements, une démarche au plus près du terrain - 1

 

Observer et identifier les dysfonctionnements, une démarche au plus près du terrain - 2

Observer et identifier les dysfonctionnements, une démarche au plus près du terrain - 2

Crédits photos : Ville de Saint-Fons – David Desaleux

18/09/2018

Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain

Programme National pour la Rénovation Urbaine

Investissements d’avenir

L’ANRU opérateur de 6 programmes en faveur de la jeunesse et de la ville et des territoires durables.

lire la suite

Quartiers Anciens

Programme National de Requalification des Quartiers Anciens Dégradés (PNRQAD)

lire la suite

Partenaires

Ministère de la Cohésion des territoires
Initiative copropriétés - Une stratégie nationale d'intervention sur les copropriétés lire la suite

Publications

  • Renouvellement le Mag - hors-série - novembre 2019 télécharger
  • Memo ANRU PNRU - Les chiffres 2018 télécharger
  • Renouvellement le Mag - Le magazine participatif du renouvellement urbain n°14 août-septembre 2019 télécharger
  • Renouvellement le Mag - Le magazine participatif du renouvellement urbain n°13 avril-mai 2019 télécharger
6

Agenda des évènements

- Avril 2020 -
Lun Mar Merc Jeu Ven Sam Dim
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30