Accueil Rap…uels Rapport 2013… . .

Rapport 2013 du CES de l’ANRU : « Changeons de regard sur les quartiers. Vers de nouvelles exigences pour la rénovation urbaine »

Rapport 2013 du CES de l’ANRU : « Changeons de regard sur les quartiers. Vers de nouvelles exigences pour la rénovation urbaine »

Dans le cadre de la réforme de la politique de la ville en cours début 2013, le Comité d’évaluation et de suivi de l’ANRU a souhaité poursuivre ses réflexions lancées en 2011 pour l’avenir de la rénovation urbaine. A l’aune des travaux d’évaluation qu’il a mené et à l’aube d’une nouvelle étape de la politique de la ville, le rapport  2013 du CES de l’ANRU interroge les principes directeurs de la rénovation urbaine, presque dix ans après la création de l’ANRU.

Plaidant pour la poursuite du volet urbain de la politique de la ville, le CES de l’ANRU affirme néanmoins la nécessité de faire évoluer les principes directeurs qui guident l’action publique et de changer de regard sur les quartiers et leurs habitants.

Le CES de l’ANRU dresse le constat général d’une amélioration des conditions d’habitat dans les quartiers concernés par le programme national de rénovation urbaine (PNRU). Ce constat justifie à lui seul la poursuite de la rénovation urbaine, dans des quartiers qui n’ont pu encore en bénéficier ou que partiellement.

Mais au-delà de cette intervention urbaine positive, les autres objectifs du PNRU (banalisation des quartiers, mixité sociale, réduction des écarts) ne seront que partiellement atteints et ne permettront pas de changer radicalement la donne dans la majorité des quartiers.

Pour la prochaine étape de rénovation urbaine, évoquée par François Hollande lors de la campagne présidentielle, le CES de l’ANRU milite en faveur d’un changement des principes directeurs de l’action publique. Plutôt que de « casser les ghettos » et de les adapter à une norme hypothétique, il faudrait miser sur les potentialités des quartiers et les atouts de leurs habitants. Il s’agit de faire en sorte que les habitants vivent mieux dans leur quartier, dont les potentialités seraient affirmées, et que ceux-ci soient mieux intégrés dans leur environnement.

Le regard porté sur les quartiers doit donc changer : une vision externe et imposée d’en haut avait prévalu à l’origine du PNRU ; le CES de l’ANRU prône des projets de rénovation urbaine construits à partir des potentialités et des atouts des quartiers et de leurs habitants.